CHOSEN

CHOSEN

12 ACTIONS POUR AMELIORER SES RAPPORTS AVEC UN PATRON DIFFICILE (1)

Source : hcmagazines.com

http://adekoujames.blog4ever.com

http://adekoujamesblog.wordpress.com

 

J’ai rencontré la dernière fois une analyste financière et comptable qui venait de tomber sur son deuxième chef compliqué après 31 ans de carrière. Son premier a été très compliqué et apparemment, elle n’en a pas profité pour apprendre à gérer des chefs difficiles. Heureusement, elle a eu une carrière tranquille jusqu’à tomber sur un chef compliqué à nouveau et cette fois-ci à 4 ans de sa retraite. Je lui ai dit ceci : « Dieu vous aime. Il vous lance un dernier défi d’amabilité avant de vous qualifier pour le ciel ». Sa stratégie initiale consiste à s’opposer farouche à sa jeune manager.                                     

Elle a oublié ceci : « Il n’y a rien de plus maladroit pour un employé que de se mettre son patron à dos. Et il n’a pas besoin d’être bon manager avant que vous ne jugiez bon d’être correct, appliqué, rigoureux envers vous-même, alerte, courtois, disponible et très professionnel avec vous ». J’ai dû le lui rappeler. Je lui ai ajouté : « Dépassez-vous donc parce qu’avec les gens normaux on n’a pas besoin de se dépasser. Il n’y a que les gens compliqués qui viennent tester notre capacité à rester correct, professionnel, appliqué, efficace et intègre ». La plupart des employés ne savent pas qu’ils doivent se dépasser pour gérer les patrons difficile et que c’est un défi personnel. Mais comme vous allez en rencontrer des gens difficiles et des patrons complexes, mettez les actions suivantes dans votre boite à outils pour la vie et la carrière.

  1. Rappelez-vous qui est le chef

Même si vous pensez que votre patron ne mérite pas son poste, qu’il ne fait pas bien, qu’il n’a pas à vous parler comme cela, n’oubliez pas qui est le chef. A moins que vous en ayez le pouvoir institutionnel ou que vous prévoyiez de quitter l’organisation ou vous mettre à votre propre compte, s’il y a une chose que vous ne pouvez balayer du revers de la main, c’est qu’il est, pour l’instant, le chef. Aussi longtemps que vous devriez être là, tout ce que vous ferez pour vous opposer à lui est de la vanité parce que vous vous compliquez bien la tête. Dites-vous clairement : « C’est lui le chef et il a besoin de savoir que c’est clair pour tout le monde que c’est lui le chef ». Après, cela, vous savez ce que vous avez à faire.



12/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres