CHOSEN

CHOSEN

La douleur comme expérience de soi

 

L’expérience de la douleur reste une épreuve redoutable pour ceux qui la vivent. Elle rappelle que nous ne sommes pas un corps associé à un esprit mais une personne tout entière. Elle n’est pas seulement sensation, mais aussi émotion et perception, c’est-à-dire activité de déchiffrement sur soi. Elle ne traduit pas dans la conscience une effraction organique, elle est pour l’individu la confrontation d’un événement corporel à un univers de sens et de valeur. Elle est liée à une série de données biologiques, sociales, culturelles, relationnelles, contextuelles et surtout à ce que l’individu en fait à travers son histoire de vie.

Une douleur qui ne serait que de «corps» est une abstraction comme le serait une souffrance qui ne serait que «morale». La douleur n’écrase pas le corps, elle écrase l’individu, elle brise l’écoulement de la vie quotidienne. Il n’y a pas de peine physique sans un retentissement dans la relation au monde. Le mal de dent n’est pas dans la dent, il est dans la vie. La douleur altère toutes les activités de l’homme, même celles qu’il affectionne, elle imprègne les gestes, traverse les pensées. Elle «ne donne plus goût à rien». Mais si la souffrance est inhérente à la douleur, elle est en proportion de la somme de violence subie. Elle est immense ou dérisoire selon les circonstances et donc la signification que revêt la douleur. Dans le contexte de la maladie, de l’accident ou d’une douleur rebelle, l’expérience est presque toujours celle d’une mutilation. Pire encore s’agissant de la torture. L’individu est diminué, réduit à l’ombre de lui-même. Pourtant, même dans ces circonstances où la souffrance déborde, la question du sens introduit une modulation due à la qualité de l’entourage, aux appartenances sociales, culturelles, aux singularités personnelles, à l’usage de techniques du corps qui exercent un contrôle sur le ressenti (relaxation, hypnose, sophrologie…). Toute douleur, pour le meilleur ou pour le pire, opère une métamorphose de l’individu. Mais si elle est choisie dans un but de révélation de soi et contrôlée par une discipline personnelle, par exemple dans les activités sportives, le body art ou des pratiques comme le tatouage ou le piercing, alors elle ne contient qu’une parcelle dérisoire de souffrance, même si elle fait mal. L’individu fait œuvre de son corps en s’infligeant une épreuve personnelle et en ressentant la douleur mais en sachant pouvoir y mettre fin à sa guise. Cette dimension de contrôle est une donnée antalgique. Dans ce contexte d’exploration de soi, ces femmes ou ces hommes ont mal, mais par une discipline intérieure, ils restent au seuil de la souffrance. Un sentiment d’accomplissement accompagne souvent l’épreuve. La douleur peut même aboutir à l’orgasme dans un cadre sadomasochiste.

Ailleurs, les scarifications délibérées sont un bouclier face à l’intolérable. Nombre d’adolescents en souffrance s’entaillent pour échapper un moment au sentiment d’écrasement qui les saisis. Ils se font mal pour avoir moins mal. Dans une sorte d’homéopathie symbolique, la douleur auto-infligée, et contrôlée, désamorce alors une souffrance propre à l’histoire individuelle qui échappe à toute maîtrise. Technique de survie avant de trouver un moyen plus propice de combattre le mal de vivre.

La souffrance est toujours de l’ordre du subi, là où la douleur reste sous le contrôle de l’individu, elle fait mal, mais sans plus, et permet une connaissance de soi. L’embrasement de la souffrance, vient de n’avoir aucune prise sur elle. Elle implique une identité menacée et le sentiment du pire. Ce n’est pas le cas des sportifs qui mobilisent leurs ressources intérieures et s’épanouissent dans la compétition sachant pouvoir abandonner si la souffrance prend le pas sur leur expérience.

Dernier ouvrage paru : «Expériences de la douleur. Entre destruction et renaissance», Métailié.

 

 

 

L’expérience de la douleur reste une épreuve redoutable pour ceux qui la vivent. 

 

 

 

Par David Le Breton Sociologue

Article publié sur  www.madinin-art.net 



27/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres