CHOSEN

CHOSEN

Vaincre ses peurs pour grandir. 2eme Partie

 

Augmenter son courage plutôt que diminuer ses peurs

A chaque fois qu’on va se lancer dans une situation nouvelle, par définition, on n’est pas sûr de pouvoir y faire face, car c’est nouveau, et donc inconnu.

Or, tout comme on n’a jamais fini de grandir, on n’a jamais fini d’affronter des situations inconnues. Il y a tout le temps un nouveau challenge qui va se présenter à nous.

Des situations nouvelles vont constamment se présenter, et quoi qu’il arrive, on ne sera pas certain de pouvoir y faire face à l’avance.

Cela veut dire que la peur elle même ne nous quittera pas et on restera toute notre vie avec l’appréhension de n’être pas certain de pouvoir face à ce qui va se présenter à nous dans ces situation nouvelles.
Ce qui va changer, c’est qu’on aura peur de choses différentes au fur et à mesure qu’on affronte de nouvelles situations. La peur elle-même reste un compagnon de route jusqu’à la fin.

Par exemple, quelqu’un qui a peur de parler aux filles alors qu’il est jeune, deviendra probablement confiant dans ce domaine avec le temps et l’expérience. Cependant, il aura peut-être une autre peur, comme celle de voir ses enfants se faire mal, ou celle de perdre un être cher, ou celle de manquer d’argent. S’il résout toutes ces peurs, alors, il aura probablement de l’appréhension face à ses choix de vie, comme faire grandir sa carrière, son entreprise, sa famille, ses expériences, et même son âme. A chaque fois qu’on grandit, il faut affronter une part d’inconnu, donc une certaine appréhension.

 

Ainsi, je pense que plutôt que de vouloir ne plus éprouver le sentiment de peur, il vaut mieux vouloir augmenter sa capacité à agir malgré la peur, c’est à dire son courage.

Je pense aussi que l’unique solution contre la peur, c’est l’action. Ce n’est qu’avec l’action que la peur se transforme en enthousiasme.

 

Si on attend de se sentir plus à l’aise pour agir alors que l’on n’ose pas, on risque d’attendre longtemps. Il faut d’abord agir avec la peur, passer cette barrière malgré tout, et ensuite seulement elle se dissipe. De toute façon il faut agir avec le stress au ventre, avant de le voir disparaître. En plus, bien souvent, il faut même agir de manière répétée, avant de voir la peur diminuer. C’est vrai par exemple avec l’appréhension de parler en public. C’est seulement avec l’habitude de le faire qu’on s’y habitue, ça ne vient pas au premier discours.
Quand au trac, il ne se dissipe qu’une fois que l’on commence à parler, pas avant. Donc il faut y aller avec le trac, mais y aller quand même.

C’est pour ça que je souligne que plutôt que de vouloir diminuer sa peur, il vaut mieux l’accepter et augmenter son courage pour savoir agir avec la peur.

Par ailleurs je voudrais souligner qu’on a chacun nos peurs à affronter. Donc ça ne sert à rien de s’en vouloir parce qu’on a peur de faire des choses que d’autres font facilement.
Par exemple, si vous avez peur d’engager une conversation avec quelqu’un parce que vous êtes timide, eh bien quand vous affrontez cette peur ça permet de voir que vous êtes courageux. Quelqu’un qui parle facilement aux autres vous semble confiant, mais c’est seulement en voyant si lui même affronte ses propres peurs qu’on peut voir s’il est courageux. Donc on n’a pas grand chose à envier à ceux qui semblent plus confiants que les autres, car eux aussi ont leurs challenges, différents des nôtres.


Pour Plus d’Infos :

http://creativars.over-blog.com

https://adekoujames.blog4ever.com

http://adekoujames.blogspot.com

James ADEKOU +223 78894373



22/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres